Articles taggés avec ‘travail non qualifié’

Réhabiliter le travail peu qualifié

Publié le 14 janvier 2017 par Paul Santelmann
 

Dans une contribution au supplément idées du Monde (14 Janvier 2017) Philippe Askenazy plaide pour une revalorisation des salaires des « non qualifiés » au nom des compétences « masquées » mobilisées dans les emplois qu’ils exercent. Cette approche par un économiste est suffisamment rare pour être soulignée. Cet article s’inscrit dans une interpellation de la gauche qui peine à se rénover et relaye trop souvent des représentations conservatrices de l’emploi, des études ultra-libérales ou des thèses fantaisistes (comme celles des robots qui vont inexorablement faire diminuer le nombre d’emplois). Lire le reste de cet article »

 

A LIRE ! Un travail peut-il être non qualifié ?

Publié le 10 mars 2012 par Paul Santelmann
 

JoseRoseLa question des emplois dits « non qualifiés » fait partie des éléments de brouillage de la relation emploi/formation. Cette définition peine à traduire ce qui se cache derrière ce vocable qui caractérise plus de 5,5 millions d’emplois (plus de 20 %). S’agit-il d’emplois qui n’exigent aucune compétence particulière ? S’agit-il des emplois à bas salaires ? S’agit-il d’emplois exercés par des non qualifiés et qu’est-ce donc qu’un « non qualifié » ? L’ouvrage de José ROSE (qu’est-ce que le travail non qualifié ? 2012 – éditions La dispute) vient apporter des éclairages à toutes ces questions.et reprend des questionnements anciens et plus récents qui ne se satisfaisaient pas d’une approche purement statistique d’une hypothétique frontière entre travail qualifié et travail non qualifié. Lire le reste de cet article »

 

De la myopie des approches statistiques du travail…

Publié le 15 décembre 2011 par Paul Santelmann
 

5-chantier-macons2« Les « Egyptologues sérieux » quant à eux savent depuis longtemps que les pyramides n’ont pas été bâties par des esclaves et que plusieurs siècles séparent la construction des pyramides de l’histoire des Juifs en Egypte, souligne Dieter Wildung, ancien directeur du Musée égyptien de Berlin. « Le monde ne pouvait tout simplement pas croire qu’on avait construit les pyramides sans avoir recours à l’oppression et au travail forcé, mais grâce à la loyauté envers les pharaons », explique-t-il. Selon Zahi Hawass, les ouvriers des pyramides étaient issus de familles pauvres du nord et du sud de l’Egypte et étaient respectés pour leur travail, au point que ceux qui sont morts sur le chantier ont été enterrés près des monuments sacrés de leurs pharaons. « Ils n’auraient jamais été enterrés avec autant d’honneurs s’ils avaient été des esclaves », affirme-t-il. » (Par Katarina Kratovac, Associated Press – AP) Lire le reste de cet article »