Articles taggés avec ‘ingénierie de formation’

Une pédagogie ancrée dans le réel

Publié le 20 août 2013 par Paul Santelmann
 

A l’égard des financeurs, des institutionnels de la FPC, des entreprises et des (futurs) formés, la mise en avant des méthodes de formation et des principes pédagogiques est un impératif pour les organismes de formation professionnelle. Or cette démarche ne prend sens qu’en les associant à l’analyse du travail  et de l’emploi au sens large du terme. En effet, en formation des adultes, on attend d’abord d’un organisme de formation une forte synergie avec le monde du travail et les questions d’emploi et de qualification. Lire le reste de cet article »

 

Politique de certification et méthodes de formation

Publié le 22 juillet 2013 par Paul Santelmann
 

La tendance à considérer que les méthodes de formation relèvent d’une logique spécifique et que l’appareil de formation professionnelle n’a plus à être associé à la conception des modalités d’évaluation et de certification des acquis (alors même qu’il demeure « expert » des contenus de formation qui découlent de l’analyse des contenus du travail), en clair estimer que les valideurs ou les certificateurs peuvent se dédouaner des conditions de réussite des candidats aux épreuves de leurs diplômes ou titres professionnels ne peut qu’accentuer :

  • La montée en puissance des théories « pédagogistes » (caractérisées par un jargon ésotérique et abscons) qui ont notamment déstabilisé les formateurs (et les formés) et rendu plus difficile les liens avec les entreprises (ces théories ont d’ailleurs, pour la plupart, écarté l’analyse du travail de leurs repères…).
  • La tendance des financeurs institutionnels à se substituer aux certificateurs en matière de prescriptions « pédagogiques » (individualisation, alternance, FOAD, modularisation) confinant souvent à l’injonction paradoxale : par exemple les préconisations de démarches « actives » en formation sont contradictoires à l’exigence de raccourcissement des durées de formation (l’alternance ou l’articulation de séquences distancielles et présentielles multiplient les régulations et donc la durée des formations). Cet arsenal de prescriptions a également appauvri le rôle de l’orientation dont un des objectifs consiste à s’assurer de la cohérence entre des contenus de formation et des modes d’évaluation ! Or les prescriptions des financeurs ne s’appuient absolument pas sur les diagnostics des orienteurs en matière de besoins de formation des publics ! Bien au contraire les « orienteurs » se retrouvent dans la position d’être les supplétifs de dispositifs de formation construits sans eux. Lire le reste de cet article »
 

Les confusions à propos des pédagogies actives

Publié le 6 janvier 2013 par Paul Santelmann
 

zazou1Le faible investissement en matière de recherche appliquée en formation des adultes depuis quelques décennies a abouti à une floraison de représentations approximatives qui nuisent au renouvellement des méthodes de formation à l’égard des jeunes en difficulté d’insertion et des adultes peu qualifiés. Cette carence est d’autant plus dommageable qu’elle réduit les potentialités apprenantes des nouvelles technologies ou des pratiques d’alternance. Les injonctions, souvent péremptoires, relatives aux pédagogies actives, participatives, visant à l’autonomie des apprenants sont remplies de bonnes intentions mais colportent de nombreuses confusions et illusions notamment quand elles sont interprétées comme une façon de réduire les coûts de la formation professionnelle continue. S’il est désormais possible d’intensifier les processus d’apprentissage en combinant différents espaces d’accès aux savoirs et des mises en situation diversifiées permettant de réduire des durées de formation standardisées et inflationnistes, l’efficacité de ces options tient dans les compétences d’ingénierie qu’elles supposent en termes de diagnostic de situations et de mobilisation de ressources. Lire le reste de cet article »

 

La FOAD, une nouvelle forme de sélection ?

Publié le 8 juin 2010 par Paul Santelmann
 

kevin_bourgeois_art_2La revue SAVOIRS (n° 21 – 2009) a publié un article de recherche de  Brigitte ALBERO et d’Arnin KAISER sur le public de la formation à distance et plus précisément sur l’apport des combinatoires présentiel/distanciel comme mode de résolution des difficultés de certaines personnes à gérer la seule mise en ligne de ressources de formation. L’intérêt de cette étude vient de ce qu’elle interroge ce qui paraissait comme une sorte d’évidence : en mixant les phases de formation à distance et des moments de regroupement en présentiel, on atténue les résistances des stagiaires à des modes d’organisation pédagogique unilatéraux. Mais le mixage est-il plébiscité par tous les apprenants ? Lire le reste de cet article »