Articles taggés avec ‘formation des chômeurs’

500 000 chômeurs en formation !

Publié le 19 janvier 2016 par Paul Santelmann
 

La prolifération des commentaires sur l’annonce d’un effort de formation dédié à 500 000 chômeurs supplémentaires n’a d’égale que leur inanité. Ces analyses hasardeuses témoignent très majoritairement d’une méconnaissance de ce qu’est un dispositif de formation et de la façon dont un objectif quantitatif d’entrées en formation se décline et se met en œuvre. En ce qui concerne l’hypothèse d’une manipulation statistique qui permettrait de soustraire simultanément (le même mois) 500 000 individus des 3,5 millions de chômeurs, une simple consultation des données statistiques sur l’entrée en formation permet de comprendre qu’un programme de 500 000 entrées sur une année et demi correspond peu ou prou à 25 000 entrées mensuelles en moyenne (réparties sur 400 bassins d’emploi et déclinées sur des centaines de métiers différents) dont l’effet statistique est assez marginal.

Par ailleurs la durée des formations est un élément d’analyse incontournable : 500 000 entrées dans des formations qualifiantes de 800 heures (5 à 6 mois de formation) n’a pas exactement le même impact sur le nombre des chômeurs que 500 000 entrées sur des stages de retour à l’emploi de 150 heures (environ un mois de formation) ! Quant au budget de 1 milliard d’euros, il peut être interprété comme relevant uniquement de l’achat d’heures de formation soit 2000 euros par chômeur (ce qui renvoie à des stages d’environ 300 heures) ou intégrant la rémunération des chômeurs en formation ce qui divise par deux l’enveloppe annoncée, soit 1000 euros d’achat d’heures de formation par chômeur pour des stages d’un mois en moyenne… La durée des formations sera en définitive l’élément qui déterminera la capacité de l’appareil de formation à absorber ce surcroît d’activité…

Une formation qualifiante de qualité visant les métiers liés aux innovations technologiques ou aux transitions énergétique ou numérique revient environ à 8000 euros d’achat de formation en moyenne par personne (fourchette basse) soit 500 millions d’euros/ 8000 = 62 500 personnes… Or un tel objectif suppose un appareil de formation à vocation structurelle, pré-existant, en lien avec les besoins des entreprises et bénéficiant de leur confiance… On remet ici les pieds sur terre… Et on conseille aux commentateurs journalistes et économistes de s’intéresser un peu plus au sujet de la formation professionnelle…

Paul Santelmann, Directeur de la Veille « emploi & qualifications » à l’AFPA

 

Quelles priorités pour la formation des chômeurs ?

Publié le 25 avril 2015 par Paul Santelmann
 

Selon une étude récente de la DARES (Analyses n° 030 – avril 2015), en 2013, 251 000 jeunes sans emploi de moins de 26 ans et 277 000 chômeurs âgés de 26 à 44 ans ont bénéficié d’une formation. Cette répartition est symptomatique d’une absence de stratégie et de coordination des différents financeurs de la formation des chômeurs (État, régions, Pôle emploi, OPCA, etc.). Alors même que l’on peine à développer l’apprentissage qui s’avère la réponse la plus efficace pour combiner la formation et l’insertion professionnelle des jeunes, le « surdéveloppement » de stages-jeunes (faiblement articulés à l’entrée en apprentissage) témoigne de représentations erronées quant à l’efficacité supposée de ces formules. Cette situation reflète également la sous-estimation des besoins en formation des chômeurs plus âgés dont l’expérience professionnelle ne suffit plus à garantir le retour à l’emploi. Lire le reste de cet article »

 

Difficultés de recrutement… D’abord dialoguer avec les entreprises…

Publié le 11 octobre 2014 par Paul Santelmann
 

Il n’y a pas un seul marché de l’emploi mais une constellation territoriale et sectorielle de marchés du travail. La question des tensions sur le marché du travail, abusivement réduite à celle des difficultés de recrutement, nécessite de nombreux éclairages et des investigations permettant de croiser la typologie des demandeurs d’emploi et les profils demandés par les entreprises. Rappelons que les canaux utilisés par les entreprises pour embaucher sont multiples : les candidatures spontanées, les réseaux professionnels, Pôle Emploi, les relations personnelles et le contact avec des personnes ayant déjà travaillé dans l’entreprise. Le débauchage (contact avec des salariés travaillant chez les concurrents, les fournisseurs ou les clients) sont plus rares sauf en ce qui concerne l’intérim. Les écoles et centres de formation sont moins sollicités. Lire le reste de cet article »

 

Donner du sens à la formation continue…

Publié le 14 septembre 2014 par Paul Santelmann
 

La formation des chômeurs est confrontée aux limites d’une politique de l’emploi confrontée à la stagnation de l’économie. La création d’emplois est en berne et le remplacement des départs en retraite ne suffit pas à endiguer la montée du chômage de masse. La concurrence entre les chômeurs s’exacerbe et la plupart des mesures mises en œuvre par Pôle Emploi consiste à modifier les places dans la file d’attente des personnes en quête d’emploi afin d’améliorer la position des moins qualifiés. Par ailleurs Pôle Emploi est confronté aux difficultés de recrutement dans les emplois les moins qualifiés et dont les conditions de travail sont les moins bonnes. Dans les deux cas la formation est-elle l’outil le plus approprié pour répondre à ces objectifs ? Lire le reste de cet article »

 

Quelle montée en qualification des chômeurs ?

Publié le 23 août 2014 par Paul Santelmann
 

Le Ministère du Travail (DARES) a publié un bilan quantitatif de la formation des 660 500 chômeurs qui ont bénéficié d’une formation en 2012. Ces formations sont prises en charge, pour l’essentiel,  par les différentes institutions gestionnaires des fonds de la formation professionnelle sachant que 27 500 formations ont été financées par les stagiaires eux-mêmes dont 17 000 d’une durée de 6 mois et plus. Cet effort de formation qui est plutôt constant depuis plusieurs décennies soulève de nombreuses questions quant aux objectifs poursuivis et aux effets constatés.  Lien : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2014-055.pdf Lire le reste de cet article »

 

La formation des chômeurs en clair/obscur…

Publié le 21 avril 2013 par Paul Santelmann
 

Selon la DARES, en 2011, 566 000 demandeurs d’emploi sont entrés dans un des différents dispositifs de formation mis en œuvre par les Conseils Régionaux, Pôle Emploi, l’Etat, l’UNEDIC, l’Agefiph, les collectivités locales et les OPCA (fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels)… Certains demandeurs d’emploi ayant bénéficié de plusieurs formations c’est 648 000 entrées en formation qui ont, en fait, été enregistrées… Un chiffre qu’il faudrait pouvoir rapporter au flux annuel des inscriptions comme demandeur d’emploi et non à un « stock » moyen annuel (ce qui donne l’impression d’un taux d’accès des chômeurs à la formation de 20,3 %)… Ainsi en fin 2011 environ 210 000 demandeurs d’emploi étaient en formation, soit 7,4 % des personnes au chômage au sens du BIT. Par ailleurs cet état des lieux souffre de l’absence de données quantitatives et qualitatives indispensables à la compréhension de cet enjeu social et économique qu’est la formation des chômeurs.

Lien : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-027.pdf

Lire le reste de cet article »

 

La formation des chômeurs en Europe…

Publié le 19 octobre 2012 par Paul Santelmann
 

drapeau-europeenLa formation des chômeurs est-elle appréhendée de la même façon dans les pays de l’Union Européenne ? En croisant les différentes études sur ce domaine on mesure l’importance des traditions et des cultures nationales et locales et la difficulté de transposition de tel ou tel modèle national vers un autre pays (pays étudiés : Autriche, Pays-Bas, Suède, Danemark, Grande Bretagne, Belgique, Allemagne.[1]). Globalement tous les pays disposent de mécanismes permettant aux  individus d’accéder aux savoirs, de poursuivre ou de reprendre ses études. Mais aucun pays n’a complètement résolu les questions liées aux tensions entre l’effort de formation et le fonctionnement du marché du travail. Par ailleurs, la comparaison entre les politiques de formation continue des différents pays se heurte à l’absence de données financières précises dans les études disponibles. Les éléments financiers sont généraux et ne permettent pas de cerner l’économie spécifique, les modes de financement et les seuils de rentabilité de l’activité de formation des moins qualifiés.

Lire le reste de cet article »

 

Former les salariés ou les chômeurs ? Ne pas se tromper de sens

Publié le 25 mars 2012 par Paul Santelmann
 

gty_jobs_nyc_thg_2_110901_wgLe débat sur la formation des chômeurs est particulièrement exacerbé dans un pays qui consacre plus de 30 milliards d’euros à la formation professionnelle continue. Or le principal critère d’efficacité de la FPC est justement de développer l’employabilité des salariés de base pour leur éviter des passages trop long par le chômage. Ce rôle préventif de la FPC est d’ailleurs celui qui l’oblige à anticiper sur les évolutions du travail et des métiers afin d’élargir l’horizon professionnel des salariés qui ont le moins bénéficié de l’école. Il faut donc se garder de l’illusion d’un surinvestissement dans la formation des chômeurs au détriment des salariés les moins qualifiés. Lire le reste de cet article »

 

Formation des chômeurs et flexicurité

Publié le 8 juillet 2011 par Paul Santelmann
 

photo09La revue du CEREQ (Formation Emploi n° 113 – janvier – mars 2011) aborde la question de « la flexicurité à l’aune des approches par les capacités » en rassemblant un certain nombre de contributions sur  les pratiques en cours en Belgique, en Espagne et Argentine. Le Cereq interroge plus précisément l’efficacité de la formation tout au long de la vie dans la mise en œuvre des politiques de flexicurité. Une de ces contributions (Conter & Orianne) évalue la politique menée en Wallonie en matière de formation professionnelle des chômeurs. Lire le reste de cet article »