Articles taggés avec ‘enseignement professionnel’

L’enseignement professionnel en questions

Publié le 16 septembre 2016 par Paul Santelmann
 

Le dernier rapport sur la cartographie de l’enseignement professionnel, réalisé par l’Inspection générale de l’Éducation nationale (IGEN) et l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la recherche (IGAEN) de Juillet 2016, apporte des éclairages très pertinents sur les contradictions qui traversent la formation professionnelle initiale.La cartographie de l’offre d’enseignement professionnel se décline (avec options) sur 187 spécialités de CAP, 52 spécialités de BEP, 101 spécialités du baccalauréat professionnel, 58 spécialités du brevet professionnel, 29 spécialités de mention complémentaire de niveau V et 23 de niveau IV, 134 spécialités du brevet de technicien supérieur et 27 spécialités du diplôme des métiers d’art ! Cette grande variété de spécialités assure-t-elle pour autant une insertion quantitative et qualitative des jeunes dans l’emploi et répond-t-elle aux besoins des entreprises ? Lire le reste de cet article »

 

Revoir la conception des diplômes de l’enseignement initial (1)

Publié le 1 mai 2016 par Paul Santelmann
 

L’intérêt de diplômes-métiers ou correspondant à une qualification très précise, c’est qu’ils puissent garantir ou simplement favoriser un accès rapide dans l’emploi visé et une carrière professionnelle plutôt stable dans cet emploi. Si l’insertion est longue, les acquis techniques risquent d’être oubliés, si l’emploi est de courte durée ou peu qualifié, la possibilité de rebondir professionnellement dans un autre métier sera entravée par les lacunes techniques de départ. Il n’y pas besoin d’analyses statistiques approfondies pour constater qu’il y a bien longtemps que les principales justifications des diplômes étroits ne sont plus réunies. Lire le reste de cet article »

 

Les impasses de l’enseignement professionnel…

Publié le 26 avril 2014 par Paul Santelmann
 

L’édition 2013 de l’enquête Génération du CEREQ concernant le devenir des jeunes issus du système éducatif en 2010 fait état d’une dégradation des conditions d’insertion des jeunes. Par rapport à la génération 2004 le taux de chômage des jeunes de niveau V est passé de 17 à 32 % et le temps moyen passé au chômage est passé de 7 mois à 11 mois. Leur accès au CDI s’est dégradé et le temps partiel contraint est passé de 11 à 15 %. Les titulaires de Bacs professionnels ou technologiques connaissent également une détérioration de leurs conditions d’insertion. Notons cependant que le salaire médian des niveaux V est supérieur à celui des niveaux IV. Le rapport dégradé à l’emploi des jeunes est devenu un défaut structurel de notre société dont il faut tenter de comprendre les causes qui ne relèvent pas que de la crise… Lire le reste de cet article »