Articles taggés avec ‘analyse du travail’

Travail humain et égarements technicistes

Publié le 26 décembre 2015 par Paul Santelmann
 

Notre société n’est pas parvenue à refonder le rapport au travail tel qu’il a été remodelé durant la phase d’industrialisation du système capitaliste. Le machinisme, la parcellisation des tâches, l’hyper-division du travail, la concentration de la main d’œuvre dans les usines ont été considérées comme des modalités pérennes d’organisation du travail humain et comme le fondement du salariat. Les innovations techniques se sont ainsi encastrées dans une conception où l’homme était subordonné à la machine, voire un rouage parmi d’autres de la machinerie… Malgré les constats sur les limites d’une telle approche technico-organisationnelle du travail, la phase post-taylorienne va rééditer cette dérive consistant à interpréter les innovations technologiques comme autant de moyens de remplacer le travail humain. Soit sous l’angle d’une productivité accrue, soit au nom d’une libération du salarié des tâches considérées comme dégradées, répétitives ou aliénantes… Lire le reste de cet article »

 

Parution du 4ème hors-série AFPA/Education Permanente

Publié le 18 mars 2014 par Paul Santelmann
 

Ce nouveau hors-série AFPA de la revue Education Permanente rassemble un éventail de contributions qui appréhendent le travail sous différents angles utiles à la mise en œuvre de formations adaptées aux enjeux sociaux et économiques. Toutes les analyses des systèmes de travail ne sont pas, de prime abord, destinées à nourrir les acteurs de la formation professionnelle et pourtant elles permettent souvent d’être en compréhension et en anticipation des attentes des entreprises et des salariés à l’égard de la formation.

Les articles réunis dans cette nouvelle publication abordent des aspects posés par la transmission et la diffusion des savoirs professionnels où se jouent les rapports entre les fonctions apprenantes de l’entreprise, les contributions des organismes de formation et les parcours expérientiels des individus. Dans ce « ménage à trois » les repères traditionnels sont quelquefois déstabilisés mais ils sont aussi revitalisés. La principale leçon à tirer de ces analyses est que les situations d’apprentissage et de développement ne sont plus l’apanage des seuls professionnels de la formation mais que cette fonction se diffuse plus nettement dans les différents espaces sociaux. Cette évolution n’amoindrit pas le rôle des organismes de formation, elle oblige ceux-ci à d’avantage d’initiative et d’implication dans l’accompagnement des mobilités et des transitions professionnelles des salariés et des chômeurs.

Ce hors-série illustre l’importance d’une relance des interactions entre les investigations sur le travail et les ingénieries pédagogiques qui ne peuvent être que prolifiques pour les deux univers. Une journée d’études liée à cette parution aura lieu le 25 Septembre 2014 au CNAM.

Lien : http://www.education-permanente.fr/gestion/articles/articles.php?id_revue=1726

 

A lire ! « Apprendre au travail »

Publié le 28 août 2013 par Paul Santelmann
 

Sous la direction d’Etienne BOURGEOIS et de Marc DURAND, tous deux professeurs à l’Université de Genève, l’ouvrage collectif « Apprendre au travail » (PUF – 2012) répond à un besoin croissant de compréhension de ce qui se joue dans le rapport entre le travail et les différentes modalités d’apprentissage et de formation tout au long de la vie. L’intérêt de cet ouvrage foisonnant est qu’il rassemble des analyses, des notes de lectures, des éclairages sur des recherches « remarquables » au-delà d’une approche « immédiatiste ». Cette construction permet de reconstituer le fil rouge des initiatives visant à mieux définir les dimensions apprenantes, réflexives et qualifiantes du travail mais aussi les conditions de leur effectivité. On soulignera à ce propos la note de lecture de l’ouvrage d’André OMBREDANE et de Jean Marie FAVERGE sur l’analyse du travail (PUF 1955) qui mériterait bien une réédition. Lire le reste de cet article »

 

Réinvestir le travail…

Publié le 1 avril 2013 par Paul Santelmann
 

« D’une façon générale, et ceci est bien naturel, la direction vous apprendra comment elle a organisé l’usine, les techniciens vous diront ce que ferait un robot qu’ils auraient construit pour remplacer l’ouvrier, le contremaître vous parlera de son travail à lui, mais vous devrez trouver vous-mêmes ce que fait réellement l’ouvrier, et c’est là que commence l’analyse du travail » Cette remarque de Jean Marie FAVERGE (1) dans l’ouvrage qu’il a écrit en 1955 avec André OMBREDANE (L’analyse du travail, PUF), est toujours valide en 2013. Dans cette période où les sociologues scrutent le chômage et le sous-emploi, il est grand temps de braquer les projecteurs sur le rapport des salariés et des demandeurs d’emploi au travail. Car c’est un grand paradoxe que cette situation où la complexification du travail de millions d’ouvriers et d’employés (50 % des actifs !!!) s’avère un sujet d’investigation marginal alors même qu’on ambitionne de redonner un emploi à tous… Lire le reste de cet article »

 

Bruno TRENTIN et la question du travail

Publié le 10 novembre 2012 par Paul Santelmann
 

bruno-trentin-ansa_352-288Préfacé par Jacques DELORS et introduit par Alain SUPIOT, l’ouvrage de Bruno TRENTIN « la Cité du travail, le fordisme et la gauche » a été publié en français il y a peu (FAYARD – 2012). Ce livre de 1997 d’un des dirigeants du syndicat italien CGIL vient à point pour enrichir les travaux sur la question du travail et plus largement de l’économie post-taylorienne et post-fordiste. Aborder les transformations du travail c’est également réinterroger le rôle et le sens de la formation professionnelle. Cette question de la formation, souvent esquivée dans les études sur le travail, est présente dans les écrits de Bruno TRENTIN et permet d’alimenter nos propres réflexions. Lire le reste de cet article »

 

Délitement du travail et crise de l’entreprise…

Publié le 13 octobre 2012 par Paul Santelmann
 

eric-bidet-eloignementLe travail est redevenu un sujet d’investigation et on ne peut que s’en féliciter. Mais les ouvrages récents qui traitent cette question nous brossent un tableau bien peu reluisant du rapport au travail tel qu’il est vécu par les salariés. Ces constats ne se réduisent pas aux mauvaises conditions de travail ou à la montée du stress mais ils identifient un phénomène beaucoup plus grave qui réside dans le désinvestissement dans le travail. Un désinvestissement que les organisations syndicales et professionnelles peinent à aborder et même à nommer. Les ouvrages de François DUPUY (« Lost in management » – Seuil – 2011) et de Blanche SEGRESTIN & Armand HATCHUEL, (« Refonder l’entreprise » – La république des idées – Seuil – février 2012) abordent de façon plutôt complémentaire la crise du travail et celle de l’entreprise. Lire le reste de cet article »

 

Analyser ou reconnaitre le travail ?

Publié le 1 juillet 2011 par Paul Santelmann
 

Dans une intervention du 28 juin à l’Université ouverte des compétences (http://www.leclub.org/portal/index.php#tab/42), Guy JOBERT, titulaire de la Chaire de formation des adultes au jobert3CNAM, abordait un thème salutaire et paradoxal : « Les formateurs et le travail, une relation enfin heureuse ? ». Paradoxal car on pourrait penser que la formation professionnelle n’a guère d’autres choix que d’être en harmonie avec le travail et que les formateurs ne peuvent trouver leur équilibre que dans une interaction permanente avec l’activité des entreprises. D’ailleurs l’alternance, fort prisée comme optimisation supposée de la formation professionnelle, ne pose-t-elle pas cette hypothèse d’interaction comme préalable ? Lire le reste de cet article »