Un système de formation en mutation…

Pour l’année 2013 la DARES[1] a comptabilisé 66 400 opérateurs de formation continue dont 21 000 exerçant une activité de formation à titre principal et 45 400 entreprises ayant développé des prestations de formation en tant qu’activités secondaires. En six ans le nombre de ces organismes a augmenté de 18 200, soit une progression de 43 % dans un marché de la formation quasiment stable en euros constants (la suppression de l’obligation légale du financement du plan de formation laisse supposer une réduction de ce marché). Cette évolution se traduit donc par une diminution moyenne du chiffre d’affaires de la très grande majorité des organismes existants et par une accentuation de leur fragilité. Une fragilisation qui devrait s’accentuer par le développement du numérique et des nouvelles formes de formation à distance qui permettent de combiner massification, rationalisation et baisse des coûts de la formation.

Or parmi les 66 400 organismes évoqués, très peu ont les moyens d’investir dans une industrialisation de leur activité à travers des plateformes et des portails numériques ouverts à des milliers de bénéficiaires. En effet leur structure d’activité repose essentiellement sur des prestations de formation réalisées en face-à-face pédagogique (présentiel) pour des petits groupes. Par ailleurs une part importante de ces formations relève de contenus techniques spécifiques et éphémères concernant des petites communautés professionnelles. La numérisation de ces formations courtes n’a de sens que pour des grandes firmes capables de les mettre à jour au fil des évolutions les concernant (technologies, produits, process, etc.) ou pour des opérateurs capables de former à distance des flux importants de personnes issues d’entreprises et de territoires nombreux et divers. En ce qui concerne les formations aux savoirs fondamentaux le système éducatif et universitaire devrait être assez rapidement en mesure de les numériser et de les configurer selon des logiques pédagogiques appropriées y compris dans le champ de la formation des adultes en lien avec des partenaires comme l’AFPA.

En tout état de cause la numérisation va saper à court terme la prolifération de micro-structures de formation centrées sur du stage présentiel de proximité pour des petits groupes d’apprenants. Cette mutation va d’autant s’imposer que la logique de proximité a conduit à un appauvrissement de l’offre de formation contrainte de se focaliser sur quelques spécialités professionnelles au détriment de formations plus spécialisées ou plus pointues pourtant utiles aux entreprises mais non rentables en termes de personnes à former. C’est cette difficulté qui a d’ailleurs favorisé l’émergence des 45 000 opérateurs occasionnels dont l’activité de formation est marginale mais essentielle sur des milliers de contenus techniques spécifiques mais concernant peu de personnes pour des formats courts.

Cette situation explique également la propension de nombreuses grandes entreprises à se doter des fonctions formatives intégrées leur permettant de concevoir leurs standards de formation internes mais aussi de capter des contenus de formation utiles par le biais du numérique auprès d’opérateurs capables de renouveler rapidement leur offre de formation technique mais aussi de développer une gamme de prestations centrées sur les compétences transversales ou certains savoirs fondamentaux.

Le paysage de la formation continue est donc appelé à des bouleversements structurels  importants qui vont remettre en cause l’actuelle atomisation/standardisation de l’appareil de formation professionnelle.

Paul Santelmann, Directeur de la Veille « emploi & qualifications » à l’AFPA



[1] Annexe au projet de loi de finances pour 2017- formation professionnelle.

Tags:

2 commentaires pour “Un système de formation en mutation…”

  1. Afpa Web TV – PROD » Archive du blo... dit :

    [...] Pour l’année 2013 la DARES a comptabilisé 66 400 opérateurs de formation continue dont 21 000 exerçant une activité de formation à titre principal et 45 400 entreprises ayant développé des prestations de formation en tant qu’activités…  [...]

  2. Numérique | Pearltrees dit :

    [...] §. Pour l’année 2013 la DARES[1] a comptabilisé 66 400 opérateurs de formation continue dont 21 000 exerçant une activité de formation à titre principal et 45 400 entreprises ayant développé des prestations de formation en tant qu’activités secondaires. En six ans le nombre de ces organismes a augmenté de 18 200, soit une progression de 43 % dans un marché de la formation quasiment stable en euros constants (la suppression de l’obligation légale du financement du plan de formation laisse supposer une réduction de ce marché). Cette évolution se traduit donc par une diminution moyenne du chiffre d’affaires de la très grande majorité des organismes existants et par une accentuation de leur fragilité. Une fragilisation qui devrait s’accentuer par le développement du numérique et des nouvelles formes de formation à distance qui permettent de combiner massification, rationalisation et baisse des coûts de la formation. [...]

Laisser un commentaire