L’emploi public… Y voir clair

Les débats relatifs à l’évolution des emplois « publics » sont souvent auréolés de visions approximatives et de représentations erronées quant aux possibilités de modifier significativement leur nombre. Les trois Fonctions Publiques regroupent 5,649 millions d’agents dont 198 000 contrats aidés. Ces agents sont répartis ainsi (données DGAFP décembre 2015) :

  • ·         2,478 millions d’agents travaillent dans la fonction publique de l’État (FPE) soit 43,9 % de l’emploi public : 1,915 million dans les ministères (dont 1 million pour la seule Education Nationale) et 562 600 dans les établissements publics administratifs (ÉPA) nationaux.
  • ·         1,984 million d’agents travaillent dans la fonction publique territoriale (FPT), soit 35,1 % de l’emploi public : 460 000 dans les régions et départements et 1,525 million dans les communes.
  • ·         1,187 million d’agents travaillent dans la fonction publique hospitalière (FPH), soit 21,0 % de l’emploi public : 90 % dans les hôpitaux, 7 % dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées et 3 % dans les autres établissements médico-sociaux.

Ces agents se répartissent ainsi : 1,8 million en catégorie A (cadres supérieurs), 1,1 million en catégorie B (cadres intermédiaires) et 2,5 millions en catégorie C (employés)[1]. La majorité des catégories C travaillent dans la fonction territoriale et notamment dans les communes (1,235 million environ). 3,8 millions d’agents des trois Fonctions Publiques sont titulaires, 914 100 sont non-titulaires,304 300 sont militaires et 355 700 agents relèvent des « autres catégories et statuts » (dont 139 900 enseignants et documentalistes des établissements privés sous contrat). Les trois fonctions publiques comptent environ 61 % de femmes (3,3 millions) contre 44 % dans le secteur privé. Dans l’ensemble des trois versants de la fonction publique, 24 % des femmes titulaires sont à temps partiel, contre 5 % des hommes. Environ  1 300 000 agents des trois Fonctions Publiques sont à temps partiel.

En dehors de la fonction publique hospitalière, la structure des emplois publics et l’architecture organisationnelle des fonctions publiques d’Etat (administration centrale + services déconcentrés au niveau régional et départemental) et territoriales (trois niveaux cloisonnés) rend extrêmement difficile une mutation structurelle des effectifs. Une baisse des effectifs suppose une rationalisation organisationnelle, un décloisonnement fonctionnel et une nouvelle répartition des compétences entre Etat et régions. Un autre obstacle à la conduite d’une telle évolution réside dans la structure des qualifications professionnelles des fonctions publiques qui rend particulièrement difficile une approche par activités et compétences mais aussi sous l’angle des organisations de travail : le découpage par catégorie d’emploi relève d’une conception hiérarchique désuète accentuée par les mécanismes d’ancienneté et de promotion par voie de concours interne. Enfin les mécanismes de recrutement par concours qui favorisent une sélection académique favorable aux jeunes sur-diplômés (aboutissant à du déclassement et une pyramide des âges déséquilibrée) entravent également toute gestion prévisionnelle des emplois et des compétences et enrayent les options du non-remplacement des départs en retraite.

Mais les Fonctions Publiques ne constituent pas le seul cadre d’emploi financé par les fonds publics. En réalité c’est environ 9,4 millions d’emplois qui relèvent de la sphère d’intervention et de financement de l’Etat, soit 37 % de l’emploi total. C’est aussi ce périmètre qui est en toile de fond du débat sur le financement public de l’emploi… Bref une réforme ambitieuse de l’emploi public suppose un fort consensus politique…

Paul Santelmann, Directeur de la Veille « emploi & qualifications » à l’AFPA



[1] Source DGAFP

Tags: ,

Un commentaire pour “L’emploi public… Y voir clair”

  1. L’emploi public… Y voir clair | Ac... dit :

    [...] Les débats relatifs à l’évolution des emplois « publics » sont souvent auréolés de visions approximatives et de représentations erronées quant aux possibilités de modifier significativement leur nombre. Les trois Fonctions Publiques regroupent 5,649 millions d’agents dont 198 000 contrats aidés.  [...]

Laisser un commentaire