Catégoriser les difficultés d’apprentissage

La liste des difficultés dans le champ de la formation professionnelle pouvant être rencontrées par tout apprenant est relativement longue et doit être illustrée par des cas pratiques d’insuffisance sur le plan pédagogique et de modalités de remédiation de ces difficultés.  Il faut également distinguer entre les difficultés rencontrées dans une situation de travail reconstituée en centre de formation à des fins pédagogiques et celles mises en œuvre en entreprise…

Voici quelques exemples de situations que chaque formateur peut illustrer :

1)      L’apprenant ne comprend pas une consigne écrite avec des exemples de consignes ambiguës, contradictoires, confuses, trop longues, pouvant prêter à des interprétations différentes…

2)      L’apprenant ne parvient pas à mémoriser une procédure complexe avec des illustrations où l’apprentissage de la procédure a été indûment accéléré ou raccourci, où le guidage de l’apprentissage n’a pas abordé la logique de la procédure, où le contexte de l’apprentissage ne permet pas de se concentrer, où on n’a pas procédé à un entrainement du fonctionnement de la mémoire, etc.

3)      L’apprenant ne parvient pas à reproduire un geste professionnel avec des exemples où la coordination psychomotrice n’a pas fait l’objet d’un entrainement préalable, où la démonstration n’a pas été explicite, où l’usage de la vidéo n’a pas été intégré, etc.

4)      L’apprenant n’a pas trouvé sa place dans un groupe de travail ayant à résoudre un problème avec des exemples de consignes insuffisantes en matière de constitution d’une dynamique collective, de non vérification des acquis de chacun des membres du groupe, de non suivi du travail du groupe par le formateur, etc.

5)      L’apprenant entre dans un processus de démotivation ou de désengagement avec des exemples de non repérage des signaux permettant d’anticiper ce processus.

6)      L’apprenant ne commet pas d’erreurs mais ne parvient pas à respecter les temps de réalisation des exercices avec des exemples d’inhibitions liées au contexte (regard des collègues ou des autres apprenants), comportement rigide du formateur, de sous-estimation de la difficulté de l’exercice par le formateur, etc.

7)      L’apprenant ne parvient pas à garder son attention dans la réalisation de certains travaux minutieux avec des exemples d’impréparation à gérer des environnements bruyants ou intrusifs, de non repérage des signes de fatigue mentale (en fin de journée ou de semaine mais aussi modes de vie des apprenants), de non entrainement à développer son attention, etc.

8)      L’apprenant a des difficultés à interpréter les messages verbaux ou visuels avec des exemples où le formateur ou le tuteur ne vérifie pas la bonne réception et interprétation de ses messages, consignes, conseils ou recommandations, etc.

9)      L’apprenant a des difficultés de perception (notamment visuelle ou auditive) qui n’ont pas été détectée en amont de la formation avec des exemples de conséquences en matière d’apprentissage et de rapport au formateur et au groupe.

10)  L’apprenant a des difficultés à s’organiser, à planifier ses apprentissages notamment dans les séquences d’autoformation accompagnée ou d’espaces virtuels d’apprentissage avec des exemples d’impréparation à des stratégies de résolution des problèmes rencontrés, aux démarches d’auto-régulation.

11)  L’apprenant ne parvient pas à intégrer les critères de qualité dans la réalisation des exercices ou des travaux avec des exemples de causes de ce type de situation : préférence pour la rapidité d’exécution, faible explicitation des dimensions qualitatives de la production et des raisons qui la justifient.

12)  Etc.

Tags:

Laisser un commentaire