Avant le trou d’air ?

L’annexe « formation professionnelle » au projet de loi de finances (PLF) 2015 fait état de l’activité des organismes et prestataires de formation en 2012 par comparaison avec 2011. Leur nombre (62 658 soit + 6,8 % de progression) et leur chiffre d’affaires, qu’il s’agisse de leur activité principale ou d’une activité secondaire, ont continué à progresser (+3,6 %). Ainsi cet appareil composite et hétérogène a réalisé un chiffre d’affaires de 13,6 milliards d’euros correspondant à 24,4 millions d’entrées en formation (+2,2 %) correspondant à 1 155 millions d’heures (+4,1 %) soit 48 heures de formation en moyenne par bénéficiaire…  Ainsi quelque soient les réformes et le renouvellement permanent des mesures et des dispositifs de formation, la progression du nombre de prestataires s’avère une constante qui illustre l’absence d’effet structurel des politiques de formation sur l’appareil de formation. La France est ainsi en passe de disposer d’un nombre de prestataires de formation supérieur à celui de l’ensemble des pays de l’Union Européenne sans que l’on distingue clairement la valeur ajoutée d’une telle prolifération…

Même si 1 % des organismes (soit plus de 600 opérateurs !!!) ont réalisé en 2012 un chiffre d’affaires supérieur à 3 millions d’euros et 44 % du chiffre d’affaires global (6 milliards d’euros) en assurant 32 % des heures-stagiaires, on est confronté à un phénomène qui défie les lois du marché, de la rationalité économique et sociale et de l’intérêt général puisque l’achat de formation en France relève essentiellement des prélèvements obligatoires et devrait donc intégrer l’exigence de l’efficacité et de l’efficience sociale, économique et…budgétaire.

Il n’y a pas besoin d’être expert pour considérer que l’atomisation, la fragmentation et la segmentation de l’appareil de formation continue n’est pas une traduction appropriée de la très grande variété des contenus de formation mais au contraire une façon d’accentuer tout ce qui entrave une dynamique de mutualisation des savoirs, d’ouverture sociale, professionnelle et culturelle. Une telle fragmentation entretient la micro-spécialisation des savoirs, les cloisonnements socio-professionnels et les ghettos socioculturels sans évoquer la logique « d’arrosage » budgétaire qui empêche toute priorisation des ressources.

Cette multiplication de prestataires réalisant des chiffres d’affaires et des niveaux d’activité microscopiques (entrainant d’ailleurs une précarisation d’un nombre croissant de formateurs) est d’autant plus surprenant que parallèlement se développent depuis plusieurs décennies des processus informels de formation, d’accès aux savoirs, d’autoformation, de réseaux apprenants, d’organisations qualifiantes qui échappent aux institutions et aux politiques publiques et qui témoignent de la vitalité de dynamiques spontanées d’apprentissage qu’elles soient individuelles ou collectives. Un tel foisonnement, favorisé par les TIC et le numérique, ne permet pas de résoudre toutes les questions relatives à l’usage permanent de la formation mais devrait permettre de mieux définir et circonscrire le rôle des organismes de formation bénéficiant de fonds publics ou paritaires.

Ce rôle est d’autant plus facile à cerner que le diagnostic des lacunes du système est établi depuis longtemps : d’une part les salariés et les chômeurs les moins qualifiés ne sont pas les mieux servis de la FPC et d’autre part les organismes de formation ne sont que très rarement des acteurs d’accompagnement des modernisations et des innovations de l’économie sous l’angle de l’intérêt des moins qualifiés. En conséquence, pourra-t-on continuer à persister dans une telle désintégration de l’appareil de formation et une telle déconstruction des ambitions de l’éducation permanente et de la formation continue ?

Paul Santelmann, Directeur de la Veille pédagogique à l’AFPA

 

Tags: ,

2 commentaires pour “Avant le trou d’air ?”

  1. Avant le trou d’air ? | TICE, Elearning e... dit :

    [...] L’annexe « formation professionnelle » au projet de loi de finances (PLF) 2015 fait état de l’activité des organismes et prestataires de formation en 2012 par comparaison avec 2011  [...]

  2. Avant le trou d’air ? | Formation action ... dit :

    [...]   [...]

Laisser un commentaire