Quelle prospective régionale des métiers et des qualifications ?

Le Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective (CGSP) et le CEREQ viennent de publier un document de près de 200 pages sur l’instrumentation de la prospective territoriale dans le champ des métiers et des qualifications. http://www.strategie.gouv.fr/blog/2014/05/prospective-metiers-qualifications/

Ce document, essentiellement composé d’exemples de travaux prospectifs réalisés en région, confirme l’extraordinaire foisonnement méthodologique qui caractérise ces investigations démarrées au début des années 90 au gré des politiques publiques déconcentrées ou décentralisées. D’abord constatons que la concomitance de dispositifs déconcentrés (Etat) et de programmes décentralisés (Conseils régionaux ou généraux) n’a pas favorisé la cohésion méthodologique supposée favoriser les arbitrages en termes de cibles. En réalité la prospective métiers/qualifications n’a de portée que dans une conception structurelle (de moyen terme) des politiques d’accompagnement des évolutions de l’emploi. Or ces dernières décennies ont plutôt été marquées par une vision conjoncturelle de court terme dans la mise en place des instruments supposés réguler le marché du travail sous l’angle des réponses à apporter aux évolutions des qualifications.

Ce document comporte une série de recommandations (pages 9 à 12) qui soulignent notre remarque précédente : « (…) les attentes à l’égard de la prospective et les impératifs d’élaboration des politiques publiques ne s’inscrivent pas dans la même temporalité. » (page 9). Ce décalage peut cependant être réduit à quelques conditions non évoquées dans cette étude : ainsi il est nécessaire que les « prospectivistes » centrés sur l’évolution quantitative et qualitative des emplois intègrent des critères d’évaluation de l’impact des politiques publiques sur le contenu des métiers. Quant aux concepteurs des dispositifs il semble important qu’ils fassent la part entre le cadre stratégique nécessaire à toute politique publique et le cadre opérationnel de mise en œuvre des mesures, c’est-à-dire l’appropriation par les opérateurs de terrain des conséquences du cadre stratégique et des hypothèses qui les sous-tendent.

Les autres recommandations du rapport insistent sur la nécessité de pondérer les analyses quantitatives et macro-économiques par des éclairages qualitatifs : « A ce jour, les exercices qui réalisent à la fois une projection sectorielle et une projection par métiers utilisent une matrice secteurs/métiers non évolutive (immobilité de la structure des métiers au sein des secteurs) alors que des travaux ont montré que la recomposition des qualifications au sein des secteurs est importante. Il serait utile de réfléchir aux moyens d’intégrer cette déformation de la structure des métiers au sein des secteurs dans ce type d’exercice. » (page 11). De même le rapport souligne que : « la correspondance générale entre spécialité de formation et métier occupé est loin d’être assurée, elle varie très largement selon le métier et la spécialité de formation. » (page 10). Enfin le rapport pointe une lacune importante : « Il existe peu de visibilité sur les spécificités régionales des modes d’alimentation des métiers, c’est-à-dire des spécificités régionales en termes de recrutement ou de types de population exerçant les différents métiers. » (page 12). Autant de pistes qui concernent le cœur de métier des organismes de formation centrés sur les qualifications professionnelles et pour qui la structure des qualifications et les modes de recrutement des entreprises sont deux boussoles incontournables.

Paul Santelmann, Directeur de la Veille Pédagogique à l’AFPA

Tags: ,

3 commentaires pour “Quelle prospective régionale des métiers et des qualifications ?”

  1. Afpa Web TV – PROD » Archive du blo... dit :

    [...]   [...]

  2. Quelle prospective régionale des m&eacut... dit :

    [...] Le Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective (CGSP) et le CEREQ viennent de publier un document de près de 200 pages sur l’instrumentation de la prospective territoriale dans le champ des métiers et des qualifications.http://www.strategie.gouv.fr/blog/2014/05/prospective-metiers-qualifications/  [...]

  3. Jean-Paul Leclère dit :

    « A ce jour, les exercices qui réalisent à la fois une projection sectorielle et une projection par métiers utilisent une matrice secteurs/métiers non évolutive (immobilité de la structure des métiers au sein des secteurs) alors que des travaux ont montré que la recomposition des qualifications au sein des secteurs est importante. Il serait utile de réfléchir aux moyens d’intégrer cette déformation de la structure des métiers au sein des secteurs dans ce type d’exercice. »
    « la correspondance générale entre spécialité de formation et métier occupé est loin d’être assurée, elle varie très largement selon le métier et la spécialité de formation. »

    Ces deux remarques sont effectivement fondamentales puisqu’elles pointent des aspects impactant l’effectivité opérationnelle pouvant résulter des analyses quantitatives produites.

    Or les opérateurs de formation qualifiantes nationaux, comme l’AFPA, qui par leur activité sont au cœur de ces évolutions, disposent de l’essentiel de ces informations à travers les données combinées de leurs bureaux d’études, des retours de périodes d’application en entreprise, du contact de leurs formateurs avec les tuteurs d’entreprise, de leurs services commerciaux, des retours des jurys d’examen, des avis des commissions paritaires…

    On peut dès lors regretter qu’ils ne les rassemblent plus sous forme d’analyses sectorielles publiées régulièrement comme cela a pu se faire par le passé.

    Cela aurait pourtant le double avantage de valoriser l’organisme de formation et de faire évoluer la demande des commanditaires de formation en phase avec l’attente des entreprises.

Laisser un commentaire