Former les salariés ou les chômeurs ? Ne pas se tromper de sens

gty_jobs_nyc_thg_2_110901_wgLe débat sur la formation des chômeurs est particulièrement exacerbé dans un pays qui consacre plus de 30 milliards d’euros à la formation professionnelle continue. Or le principal critère d’efficacité de la FPC est justement de développer l’employabilité des salariés de base pour leur éviter des passages trop long par le chômage. Ce rôle préventif de la FPC est d’ailleurs celui qui l’oblige à anticiper sur les évolutions du travail et des métiers afin d’élargir l’horizon professionnel des salariés qui ont le moins bénéficié de l’école. Il faut donc se garder de l’illusion d’un surinvestissement dans la formation des chômeurs au détriment des salariés les moins qualifiés.Attendre que les personnes soient au chômage pour les former est une option insuffisante qui transforme bien souvent la FPC en volet du traitement social du chômage. Bien pire cette orientation éloigne les organismes de formation des entreprises, des innovations technologiques et des transformations des métiers. Or sans ce lien avec les univers du travail, la FPC est téléchargementaveugle sur l’emploi et perd de son impact auprès des entreprises. Aujourd’hui ceux qui bénéficient le moins de la FPC ne sont pas les chômeurs (qui bénéficient des formations les plus longues)  mais les 10 millions de salariés les moins qualifiés et les plus précaires (notamment à temps partiel). Par ailleurs, pour l’essentiel, le chômage ne résulte pas en France de la faible qualification des chômeurs mais d’un manque d’emploi et des dysfonctionnements du marché du travail (notamment les surqualifications à l’embauche).

Pour les salariés les moins qualifiés, la FPC doit retrouver son rôle préventif et promotionnel et répondre prioritairement aux projets de ceux-ci. Des centaines de milliers d’ouvriers et d’employés souhaitent changer d’emploi. La FPC doit s’adresser à eux à travers un droit à la reconversion volontaire qui sera bien plus efficace que les injonctions de formation à l’égard de chômeurs dont l’objectif premier est l’emploi et non la formation.

Paul Santelmann, Responsable de la Prospective à l’AFPA

Tags:

2 commentaires pour “Former les salariés ou les chômeurs ? Ne pas se tromper de sens”

  1. Roosevelt 2012 dit :

    La formation est en effet indispensable à la lutte contre le chômage, mais loin d’être suffisante, vu l’ampleur du désastre que constitue ce fléau.

    Le chômage doit être éradiqué par des mesures radicales.

    A cet effet, 40 personnalités dont Stéphane Hessel, Génération Précaire et la Fondation Danielle Mitterrand, viennent de lancer le projet ROOSEVELT 2012 :

    15 réformes de très grande ampleur à mettre en place d’urgence pour :

    - stopper net la crise en 3 mois

    - créer 2 MILLIONS d’emplois CDI temps plein en 5 ans sans ruiner l’état ni les entreprises

    - Et globalement faire naître une nouvelle société démocratique au niveau européen

    http://www.roosevelt2012.fr/

    Avec le soutien également de :
    - Curtis Roosevelt, petit fils de l’ancien président américain Franklin Roosevelt
    - Fondation Abbé Pierre
    - Lilian Thuram
    et 14000 citoyens (pour l’instant)

    Faites connaitre le manifeste aux chômeurs !

  2. MSebastien dit :

    Bel article bien synthétique

    Je le selectionne pour la 8e edition Replay Emploi et Formation : 20 billets remarquables

    http://interim.over-blog.com/article-replay-8-emploi-formation-20-posts-remarquables-102584568.html

    Au plaisir de lire d’autres articles de la meme qualité

    Merci

Laisser un commentaire