La société de l’anticipation d’Eric SADIN

sadin2Cet ouvrage qui vient de paraître aux « éditions inculte » fait partie des manuels d’usage des technologies du numérique qui permettent à la fois d’en prendre la mesure et de reprendre le fil des enjeux sociétaux qu’elles percutent. En fait l’auteur réinterroge la question du déterminisme et plus précisément celle de la liberté de l’individu dans un contexte technologique apparemment prégnant et assurément ambivalent (suppression de nombreuses contraintes mais intégration dans un univers interactif pré-déterminé).

microsoft_surface_2Comme l’introduit Eric SADIN : « L’organisme humain s’expose depuis peu comme l’instance principale de réception et d’émission d’informations de tout ordre, entretenant des rapports aux machines sans cesse plus intimes : jusqu’à faire corps, revêtant désormais une sorte d’identité hybride – bioélectronique. » (page 11). L’ouvrage qui est une synthèse brillante des potentialités technologiques d’aujourd’hui et un décrypteur de sens traite de cinq dimensions :

1) Le corps interface qui aborde la fluidité du rapport homme/machine qui est une thématique fondamentale pour étudier et comprendre les mutations du travail et par voie de conséquence les mutations du rapport aux savoirs professionnels. La question des technologies sensibles (la progression du tactile dans le rapport aux micro-TIC) y est traitée d’une façon didactique qui permet de mesurer les effets de cette hybridation entre le corps et les micro-technologies semi-autonomes.

2) L’environnement informationnel (WiFi) qui débouche selon l’auteur à une réalité sociale augmentée rendant transparentes et mutualisées les informations identitaires des personnes. Comment auto-contrôler son adhésion à tel ou tel réseau social ?

3)Le WEB pré-cognitif qui ouvre la voie à une nouvelle modélisation du rapport entre l’offre et la demande par la captation, l’influence et l’anticipation programmée des tendances de consommation et d’habitudes. L’auteur évoque un « guidage anticipatif robotisé ».

97829169403424) La condition algorithmique qui modifie le rapport au temps et à l’espace et ouvre la voie à une interaction permanente avec l’environnement. Le stable qui définit en partie la notion de temporalité et d’espace est en passe de disparaître au profit d’environnements de vie et de travail contingents, transitoires, éphémères…

5) L’ère de la virtualité que l’auteur entrevoit comme un néomessianisme robotisé et qui viendrait réduire le libre-arbitre au profit d’une communauté normative fondée sur l’illusion de potentialités infinies. En réalité l’univers technologique moderne gagne en influence sur le comportement des individus mais dans un désordre accentué par le jeu aléatoire des décisions individuelles. En fait la progression du virtuel et des réseaux détricote la rationalité attendue décuplant l’usage du détournement.

L’ouvrage d’Eric SADIN est profondément optimiste et permet de combiner compréhension des mutations bio-technologiques et anticipation des pistes de libertés collectives et individuelles ouvertes par  l’ingéniosité humaine. « Loin des principes relatifs au seul « logiciel libre », l’enjeu consiste, plus largement, à ériger des communautés de « divergences algorithmiques », occasionnellement rassemblées en vue de s’adjoindre d’autres applications que celles imposées par l’ultraréactivité et l’inventivité libérale. » (page 195). Donc un outil de réflexion/action pour tout formateur désireux de s’emparer des TIC dans son activité.

Paul Santelmann, Responsable de la Prospective à l’AFPA

Tags: ,

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.