Archive pour janvier 2017

Recruter et former ?

Publié le 29 janvier 2017 par Paul Santelmann
 

Le CEREQ (Bref n°351) vient de publier un éclairage sur l’usage de la formation dans les processus de recrutement des entreprises. L’étude se base sur une comparaison entre l’effort de formation dédié aux salariés en place et celui consacré aux nouveaux recrutés : « en 2010, seuls 29 % des nouveaux recrutés ont été formés, pour 48 % des salariés ayant entre un et cinq ans d’ancienneté et plus de la moitié des salariés plus anciens. » Lire le reste de cet article »

 

Appel à contribution

Publié le 23 janvier 2017 par Paul Santelmann
 

HORS-SERIE AFPA – EDUCATION PERMANENTE

Parution début 2018 – Diffusion aux abonnés d’Education Permanente + réseau AFPA et salariés AFPA

 Thème : Le conseil en évolution professionnelle (CEP) et l’ingénierie des parcours

 Problématiques :

• Les finalités et les objectifs du CEP.

• Les notions de conseil, d’information et d’orientation.

• L’intermédiation et l’accompagnement.

• Les pratiques en construction.

• L’accompagnement des transitions professionnelles des moins qualifiés.

• Les systèmes d’acteurs concernés, les liens avec l’entreprise.

• Les synergies territoriales.

• Les publics prioritaires

Contributeurs : chercheurs, institutions, entreprises, syndicats, organismes de formation.

Types d’articles (25 000 signes maxi) à produire pour le comité de lecture AFPA/éducation permanente.

1.     Articles de fond et de recherche

2.     Articles sur les politiques de formation en lien avec le sujet

3.     Articles sur les orientations de l’AFPA dans le domaine

4.     Articles sur les pratiques des organismes de formation

 Délais :

Proposition d’article (8 lignes + un titre) à paul.santelmann@afpa.fr : début Mai 2017

Remise des articles rédigés : fin novembre 2017

 

 

Réhabiliter le travail peu qualifié

Publié le 14 janvier 2017 par Paul Santelmann
 

Dans une contribution au supplément idées du Monde (14 Janvier 2017) Philippe Askenazy plaide pour une revalorisation des salaires des « non qualifiés » au nom des compétences « masquées » mobilisées dans les emplois qu’ils exercent. Cette approche par un économiste est suffisamment rare pour être soulignée. Cet article s’inscrit dans une interpellation de la gauche qui peine à se rénover et relaye trop souvent des représentations conservatrices de l’emploi, des études ultra-libérales ou des thèses fantaisistes (comme celles des robots qui vont inexorablement faire diminuer le nombre d’emplois). Lire le reste de cet article »