Archive pour la catégorie ‘Chaîne Métiers’

Vient de paraître…

Publié le 12 mars 2017 par Paul Santelmann
 

Le Hors-série Education permanente/AFPA « Analyses du travail et intentions formatives » est paru. Il comporte 18 contributions qui abordent les différentes façons dont le travail et la formation peuvent s’articuler. Car le système de formation professionnelle ne se renouvellera qu’à l’aune des transformations du travail. D’abord, l’analyse du travail devient un vecteur fort des choix organisationnels et technologiques des entreprises. Ensuite, les organismes de formation, de plus en plus impactés par ces choix, doivent redéfinir leur contribution à ce processus. Enfin, les évolutions réglementaires qui découlent de la réforme du système de formation professionnelle ouvrent la voie à une articulation travail/formation plus féconde que l’ancienne architecture dichotomique qui avait expulsé la construction des savoirs de l’exercice du travail.

Les articles rassemblés dans ce septième hors-série Education permanente-AFPA témoignent d’une grande variété de démarches d’ingénierie de formation appliquée à l’analyse de situations professionnelles apprenantes. Ces expériences permettent de prendre la mesure des investissements méthodologiques utiles aux organismes de formation, et contribuant à la mise en place de fonctions tutorales et formatives intégrées dans les entreprises.

Retenez d’ores et déjà la date du jeudi 14 septembre 2017 pour la journée d’études autour de ce hors-série qui se déroulera au Cnam (Paris).

Sommaire :

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1743

Commande :

http://www.education-permanente.fr/public/catalogue/detail.php?no_item=1465

 

 

Le travail industriel à l’ère du numérique

Publié le 5 novembre 2016 par Paul Santelmann
 

La Fabrique de l’industrie vient de publier une note de Thibaut Bidet-Meyer et Louisa Toubal qui porte sur les enjeux d’une politique ambitieuse permettant d’articuler la transition numérique et la modernisation de l’industrie. Cet ouvrage apporte de nombreux éléments de réponse aux questionnements sur les compétences nouvelles, les organisations de travail, les innovations technologiques et les systèmes d’acteurs concernés par cet enjeu.

 

Lien : http://www.la-fabrique.fr/fr/publication/travail-industriel-a-lere-numerique/ Lire le reste de cet article »

 

Bertrand Schwartz est décédé !

Publié le 1 août 2016 par Paul Santelmann
 

La communauté de la formation permanente est en deuil. Bertrand Schwartz nous a quitté ce dernier Weekend de Juillet à 97 ans. Cet infatigable militant de la promotion sociale et de la lutte contre les inégalités sociales a été une référence pour la formation des adultes et des jeunes en insertion. Dans les années 60 il dirigera le CUCES de Nancy et contribuera à la création de l’INFA (Institut national pour la formation des adultes) dont il prendra la direction jusqu’en 1969. Ces établissements feront référence dans le champ de la formation des adultes. En 1969 il crée la revue Education Permanente qui demeure un point d’ancrage théorique et pratique pour les formateurs d’adultes.

En 1981, à la demande de Pierre Mauroy, premier ministre de l’époque, il produit un rapport sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes qui ouvrira la voie à la création des missions locales et des permanences d’accueil d’insertion et d’orientation (PAIO). Mais il ne s’enfermera pas dans le champ de l’insertion des jeunes comprenant qu’il y a une ambition plus large à porter en direction des moins qualifiés qu’ils soient jeunes, chômeurs ou salariés. Il créera notamment la mission « nouvelles qualifications » au milieu des années 80 destinée à développer des actions innovantes en direction des jeunes et des salariés où il s’agit de combiner les transformations du travail et la montée en compétences des moins qualifiés. Son mot d’ordre de l’époque, toujours d’actualité, sera : « moderniser sans exclure » (il en fera un ouvrage publié à la Découverte en 1994).  Il s’imposera comme un militant d’une alternance formative ambitieuse centrée sur la transformation du travail et la valorisation des savoirs des moins qualifiés.

Il participera, à la fin des années 90, à la mise en œuvre du programme Nouveaux Services – Emplois Jeunes notamment dans le champ de la médiation sociale. Sa ligne de conduite, pragmatique, innovante et ambitieuse, ne bénéficiera cependant pas d’un appui indéfectible de la part des institutions, des syndicats et des gouvernements. Il a pourtant tracé une voie qu’il faudra bien reprendre et systématiser car elle s’est inscrite dans un diagnostic pertinent de la nécessaire articulation de l’économique et du social.

Paul Santelmann, Directeur de la Veille « emploi & qualifications » à l’AFPA

 

Une étude à mettre entre toutes les mains

Publié le 25 juillet 2016 par Paul Santelmann
 

Une note d’analyse de France Stratégie (n° 49 – Juillet 2016) réalisée par Nicolas Le Ru aborde la question des effets de l’automatisation sur l’emploi. Contrairement à des analyses récentes (que nous avons brocardé) annonçant des destructions massives d’emplois liées au développement des robots et de l’intelligence artificielle, l’étude de Nicolas Le Ru a l’immense mérite de rompre avec ces thèses déterministes. L’auteur souligne notamment les limites d’une approche « techniciste » des emplois (sur-dimensionnant les effets des technologies) qui ne tiendrait pas compte des contextes sociaux, organisationnels ou économiques. Le même métier ne s’exerce pas de la même façon dans des pays différents, des entreprises ou des secteurs différents… Lire le reste de cet article »

 

APPEL A CONTRIBUTION

Publié le 16 avril 2016 par Paul Santelmann
 

Le prochain hors-série AFPA-EDUCATION PERMANENTE (2017) aura pour thème :

L’analyse du travail au service des systèmes de formation

(hors champ médico-social)

Objectifs

• Finalités et objectifs de l’analyse du travail dans le champ de la formation professionnelle

• Analyse du travail et formation en situation de travail

• Analyse du travail sous l’angle de l’employabilité des salariés

• Formation intégrée au travail

• Etat des lieux des méthodes d’analyse des activités professionnelles en termes de compétences

• Conditions de développement des organisations de travail apprenantes ou qualifiantes.

Contributeurs : salariés AFPA, contributeurs externes (chercheurs, institutions, entreprises, syndicats).

Types d’articles (25 000 signes) à produire pour le comité de pilotage AFPA/Education permanente :

• Articles de fond et de recherche.

• Articles sur les politiques de formation en lien avec le sujet.

• Articles sur les orientations de l’AFPA dans le domaine.

• Articles sur les pratiques des organismes de formation.

Calendrier

Réception des projets d’articles (12/15 lignes + un titre) : 10 mai 2016 par : paul.santelmann@afpa.fr

Information aux auteurs retenus : 1er juin 2016

Remise des textes définitifs : 15 novembre 2016

Publication : mars 2017.

 

Parution du nouvel Hors-série AFPA-Education Permanente

Publié le 5 mars 2016 par Paul Santelmann
 

Ce sixième numéro de la collection des hors-série AFPA/Education Permanente traite des enjeux de l’évaluation et de la certification dans le champ de la formation professionnelle. Il rassemble des contributions qui permettent d’éclairer un paysage foisonnant et complexe , enrichi par plusieurs articles relatifs aux démarches et systèmes mis en œuvre en Belgique, en Suisse, au Québec ou en Allemagne avec des éclairages sur les références et problématiques européennes. Pour l’AFPA ces réflexions recoupent nos préoccupations sous plusieurs angles. D’une part parce que notre ingénierie des compétences contribue à l’élaboration des titres professionnels et au système de validation du Ministère du Travail, d’autre part parce nous sommes un appareil de formation qualifiant soucieux de l’évaluation de la progression de dizaines de milliers d’apprenants dans nos formations. L’interaction entre évaluation et certification est consubstantielle aux méthodes actives de formation fondées sur des mises en situation qui préfigurent les conditions de la démarche certificative.Mais l’amélioration des pratiques de formation nécessite de l’échange et du recul. C’est l’objet de cette publication qui rassemble de nombreux éclairages complémentaires qui interpellent le système institutionnel et les fonctions de certification qui se déploient dans des champs multiples (formation, VAE, alternance, certifications de branches, etc.) et selon des modalités plurielles. Encore faut-il que l’usager, le citoyen, le demandeur d’emploi, l’apprenant s’y retrouvent et que les services chargés d’orienter professionnellement les jeunes ou les chômeurs puissent établir les liens entre formations et certifications. Ce hors-série permet de cerner les acquis et les améliorations à apporter aux démarches d’évaluation et de certification notamment dans le champ post-scolaire qui ne peut plus être une duplication des règles du système éducatif.

Lien :

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1737

 

 

 

APPEL A CONTRIBUTION

Publié le 10 février 2016 par Paul Santelmann
 

Le prochain hors-série AFPA-EDUCATION PERMANENTE (2017) aura pour thème :

L’analyse du travail au service des systèmes de formation

Objectifs

• Finalités et objectifs de l’analyse du travail dans le champ de la formation professionnelle

• Analyse du travail et formation en situation de travail

• Analyse du travail sous l’angle de l’employabilité des salariés

• Formation intégrée au travail

• Etat des lieux des méthodes d’analyse des activités professionnelles en termes de compétences

• Conditions de développement des organisations de travail apprenantes ou qualifiantes.

Contributeurs : salariés AFPA, contributeurs externes (chercheurs, institutions, entreprises, syndicats).

Types d’articles (25 000 signes) à produire pour le comité de pilotage AFPA/Education permanente :

• Articles de fond et de recherche.

• Articles sur les politiques de formation en lien avec le sujet.

• Articles sur les orientations de l’AFPA dans le domaine.

• Articles sur les pratiques des organismes de formation.

Calendrier

Réception des projets d’articles (12/15 lignes + un titre) : 10 mai 2016

par : paul.santelmann@afpa.fr

Information aux auteurs retenus : 1er juin 2016

Remise des textes définitifs : 15 novembre 2016

Publication : mars 2017.

 

Le devenir des étudiants en BTS

Publié le 1 novembre 2015 par Paul Santelmann
 

Une étude publiée par la revue de l’INSEE (Economie  & statistiques n° 478/479/480 – 2015) concernant l’insertion d’un panel d’étudiants sortants des sections de technicien supérieur (STS) mérite une attention particulière. L’étude en se focalisant sur la valeur ajoutée du diplôme en matière de qualité de l’insertion apporte des éclairages très intéressants sur la portée du BTS dont l’objectif d’accès à l’emploi est supposé s’inscrire dans l’alimentation des professions et qualifications intermédiaires. lien : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES478B.pdf Lire le reste de cet article »

 

Claude Dubar est décédé…

Publié le 4 octobre 2015 par Paul Santelmann
 

C’est avec une grande émotion que j’ai appris le décès de Claude Dubar le 29 Septembre 2015. Sociologue du travail et de la formation, il a été un des rares chercheurs à contribuer à une réflexion avisée sur les liens entre la formation professionnelle continue (FPC) et les enjeux des transformations du travail. Ses travaux et ses nombreux ouvrages ont abordé de façon pertinente les contradictions et les tensions propres aux interactions entre les processus de professionnalisation et d’identités professionnelles, les évolutions du système productif et les usages de la formation professionnelle.

Il a notamment dénoncé l’abandon des ambitions promotionnelles de la formation continue à la fin des années 80 au profit d’objectifs à courte vue qui n’ont d’ailleurs pas été atteint : « La notion de promotion, devenue exceptionnelle dans la loi de 1991, disparaît de celle de 1993. La formation professionnelle, seul terme de référence, devient un instrument de la seule politique de l’emploi, priorité nationale. (…) L’impératif n’est plus de permettre la promotion mais d’éviter l’exclusion. Il ne s’agit plus d’espérer « grimper dans la hiérarchie » mais de « se maintenir dans l’emploi ou d’en retrouver un ». Non seulement le terme « promotion » a disparu de la législation, mais l’affirmation d’un progrès social, condition ou conséquence du développement économique, est désormais absente. » (« De la « deuxième chance au co-investissement : brève histoire de la promotion sociale (1959-1993) » in Dubar, C. et Gadéa, C. La promotion sociale en France. Presses Universitaires du Septentrion. 1999, page 44).

Dès les années 70 et 80, il a milité pour une approche dynamique et critique de la formation continue et un décloisonnement entre les univers du savoir et ceux du travail : « C’est en effet dans la mesure où sont réalisées les conditions d’une alliance et d’une concertation entre salariés et enseignants, que les problèmes d’organisation et de valorisation des formations continues peuvent trouver des solutions positives pour les deux parties » (Formation permanente et contradictions sociales, éditions sociales, 1980, page 216).

Claude Dubar s’est refusé à considérer la FPC comme un rouage de reproduction du système économique et comme un instrument au seul service des employeurs. Il a refusé l’option fataliste d’une FPC instrument d’intégration et le manichéisme d’une FPC techniciste et utilitariste aux ordres du patronat et d’une éducation permanente émancipatrice et épanouissante fondée sur la culture et les enseignements généraux. En cela il demeure un anticipateur des exigences qu’il serait temps de réinjecter dans un système qui s’est sérieusement atrophié en termes d’ambitions sociales et économiques.

Ses obsèques seront célébrées le mardi 6 octobre à 15 heures 30, au crématorium du cimetière du Père-Lachaise, Paris XXe.

Paul Santelmann, Directeur de la Veille pédagogique à l’AFPA

 

Le non salariat, une sphère duale et ambivalente…

Publié le 13 juillet 2015 par Paul Santelmann
 

En dehors du secteur agricole, on compte environ 2,5 millions de personnes exerçant une activité non salariée dont 588 000 auto-entrepreneurs[1]. Cette zone d’activité, fortement présente dans l’économie des services, pèse 10 % de l’ensemble des emplois et s’avère extrêmement composite en termes de contenus de travail et de revenus : de 450 euros mensuels en moyenne pour les auto-entrepreneurs à 8500 euros pour les professions juridiques et comptables (des activités en baisse). 1/3 des auto-entrepreneurs assurent aussi une activité salariée et ce statut se développe largement comme revenu d’appoint ou revenu minimum. Lire le reste de cet article »