Archive pour la catégorie ‘Chaîne Formation’

Vient de paraître…

Publié le 12 mars 2017 par Paul Santelmann
 

Le Hors-série Education permanente/AFPA « Analyses du travail et intentions formatives » est paru. Il comporte 18 contributions qui abordent les différentes façons dont le travail et la formation peuvent s’articuler. Car le système de formation professionnelle ne se renouvellera qu’à l’aune des transformations du travail. D’abord, l’analyse du travail devient un vecteur fort des choix organisationnels et technologiques des entreprises. Ensuite, les organismes de formation, de plus en plus impactés par ces choix, doivent redéfinir leur contribution à ce processus. Enfin, les évolutions réglementaires qui découlent de la réforme du système de formation professionnelle ouvrent la voie à une articulation travail/formation plus féconde que l’ancienne architecture dichotomique qui avait expulsé la construction des savoirs de l’exercice du travail.

Les articles rassemblés dans ce septième hors-série Education permanente-AFPA témoignent d’une grande variété de démarches d’ingénierie de formation appliquée à l’analyse de situations professionnelles apprenantes. Ces expériences permettent de prendre la mesure des investissements méthodologiques utiles aux organismes de formation, et contribuant à la mise en place de fonctions tutorales et formatives intégrées dans les entreprises.

Retenez d’ores et déjà la date du jeudi 14 septembre 2017 pour la journée d’études autour de ce hors-série qui se déroulera au Cnam (Paris).

Sommaire :

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1743

Commande :

http://www.education-permanente.fr/public/catalogue/detail.php?no_item=1465

 

 

Industrialiser l’éducation… Un ouvrage stimulant.

Publié le 11 décembre 2016 par Paul Santelmann
 

La dimension industrielle de l’éducation et de la formation n’est pas une approche d’évidence et pourtant l’institutionnalisation et la massification de la transmission des savoirs ont installé, de fait, des instrumentations technico-organisationnelles similaires ou analogues à celles de l’industrie. L’ouvrage « industrialiser l’éducation » (Juillet 2016, Presses universitaires de Vincennes) dirigé par Pierre Moeglin, vient apporter de nombreux éclairages sur cette problématique sous la forme d’une anthologie commentée de travaux allant de 1913 à 2012… Ce rassemblement de textes qui permettent notamment d’interroger le rôle et la place des technologies de l’information et de la communication (TIC) et, plus largement, du numérique dans les systèmes de formation, est passionnant pour celles et ceux qui souhaitent mieux saisir les interactions et les tensions entre système éducatif et système productif. Cette publication s’inscrit dans les travaux du séminaire industrialisation de la formation (SIF) depuis 1991 et concerne directement la formation professionnelle qui se situe à l’intersection de l’éducation et de l’économie et dans une posture critique, mais fragile, à l’égard des deux univers.

 Lien : https://2if.hypotheses.org/partenaires-du-gis/sif-seminaire-industrialisation-de-la-formation

 

A lire : Raymond Vatier, L’Aventure d’un gamin des Trente Glorieuses…

Publié le 6 octobre 2016 par Paul Santelmann
 

Raymond Vatier est né en 1921, fils d’épicier à Boulogne. Il a traversé les aventures et les drames du siècle. Son parcours exceptionnel a laissé des marques durables. Après les Arts et Métiers et un premier emploi d’ingénieur chez Renault, il est contraint, pendant la guerre, à travailler en Allemagne. De retour, il participe aux côtés de Jean Myon à l’élaboration du modèle social de Renault qui sera longtemps une référence. Il y crée le premier service formation de l’entreprise. Ouvert à la coopération avec d’autres entreprises, après des voyages d’étude dans divers pays, il présidera à la création d’organismes toujours actifs aujourd’hui comme le CESI et Entreprise et Personnel. Il sera aussi président d’associations de référence des DRH, en France (l’ANDCP devenue ANDRH) et au niveau européen. Ces réalisations lui vaudront d’être appelé en 1970 par Olivier Guichard à être le premier Directeur Délégué à l’Orientation et à la Formation Continue du Ministère de l’Éducation nationale. Expérience mémorable dans le contexte de l’après Mai 68 ! Elle ne durera que quelques années en raison des évolutions politiques, mais quel bilan ! Il va créer les GRETA, l’ONISEP, le CEREQ, l’ADEP et de nombreux services qui, quarante ans plus tard, se sont imposés dans le paysage social. Revenu ensuite au secteur privé associatif, c’est dans ce cadre qu’il crée le concept et les méthodes de l’audit social et, plus tard, l’Institut International de l’audit social (IAS). Celui-ci, en hommage, a créé un Prix Raymond-Vatier remis chaque année à un étudiant pour un mémoire de qualité sur le sujet. Devenu retraité, il s’implique activement dans la vie associative locale et continue à suivre le monde de la formation…

Son parcours professionnel riche en réalisations, mais aussi en anecdotes, lui a permis de croiser nombre d’acteurs, ministres, syndicalistes, ou experts, qui ont marqué l’histoire sociale française, et qu’il évoque au long de ses pages. Dans cet ouvrage, Raymond Vatier, retrace son parcours de l’enfance en tissant les liens entre ses vies professionnelle et personnelle.

Voici maintenant, avec le concours de quelques amis, un récit complet de son riche parcours.

BON DE COMMANDE

Je souhaite commander

…… exemplaire(s) de l’ouvrage

L’Aventure d’un gamin des Trente Glorieuses

au prix de 16 euros

(+ 4 euros de port par exemplaire)

 

Chèque à l’ordre de ANACFOC

adressé à :

GIPAL Formation

ANACFOC PUBLICATIONS

50 cours de la République

Les Gémeaux 1

CS 90198

69624 Villeurbanne Cedex

RAISON ……………………………………

NOM ……………………………………

Prénom ……………………………………

adresse ……………………………………

code postal ……………………………………

ville ……………………………………

téléphone ……………………………………

courriel ……………………………………

 

Bertrand Schwartz est décédé !

Publié le 1 août 2016 par Paul Santelmann
 

La communauté de la formation permanente est en deuil. Bertrand Schwartz nous a quitté ce dernier Weekend de Juillet à 97 ans. Cet infatigable militant de la promotion sociale et de la lutte contre les inégalités sociales a été une référence pour la formation des adultes et des jeunes en insertion. Dans les années 60 il dirigera le CUCES de Nancy et contribuera à la création de l’INFA (Institut national pour la formation des adultes) dont il prendra la direction jusqu’en 1969. Ces établissements feront référence dans le champ de la formation des adultes. En 1969 il crée la revue Education Permanente qui demeure un point d’ancrage théorique et pratique pour les formateurs d’adultes.

En 1981, à la demande de Pierre Mauroy, premier ministre de l’époque, il produit un rapport sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes qui ouvrira la voie à la création des missions locales et des permanences d’accueil d’insertion et d’orientation (PAIO). Mais il ne s’enfermera pas dans le champ de l’insertion des jeunes comprenant qu’il y a une ambition plus large à porter en direction des moins qualifiés qu’ils soient jeunes, chômeurs ou salariés. Il créera notamment la mission « nouvelles qualifications » au milieu des années 80 destinée à développer des actions innovantes en direction des jeunes et des salariés où il s’agit de combiner les transformations du travail et la montée en compétences des moins qualifiés. Son mot d’ordre de l’époque, toujours d’actualité, sera : « moderniser sans exclure » (il en fera un ouvrage publié à la Découverte en 1994).  Il s’imposera comme un militant d’une alternance formative ambitieuse centrée sur la transformation du travail et la valorisation des savoirs des moins qualifiés.

Il participera, à la fin des années 90, à la mise en œuvre du programme Nouveaux Services – Emplois Jeunes notamment dans le champ de la médiation sociale. Sa ligne de conduite, pragmatique, innovante et ambitieuse, ne bénéficiera cependant pas d’un appui indéfectible de la part des institutions, des syndicats et des gouvernements. Il a pourtant tracé une voie qu’il faudra bien reprendre et systématiser car elle s’est inscrite dans un diagnostic pertinent de la nécessaire articulation de l’économique et du social.

Paul Santelmann, Directeur de la Veille « emploi & qualifications » à l’AFPA

 

APPEL A CONTRIBUTION

Publié le 16 avril 2016 par Paul Santelmann
 

Le prochain hors-série AFPA-EDUCATION PERMANENTE (2017) aura pour thème :

L’analyse du travail au service des systèmes de formation

(hors champ médico-social)

Objectifs

• Finalités et objectifs de l’analyse du travail dans le champ de la formation professionnelle

• Analyse du travail et formation en situation de travail

• Analyse du travail sous l’angle de l’employabilité des salariés

• Formation intégrée au travail

• Etat des lieux des méthodes d’analyse des activités professionnelles en termes de compétences

• Conditions de développement des organisations de travail apprenantes ou qualifiantes.

Contributeurs : salariés AFPA, contributeurs externes (chercheurs, institutions, entreprises, syndicats).

Types d’articles (25 000 signes) à produire pour le comité de pilotage AFPA/Education permanente :

• Articles de fond et de recherche.

• Articles sur les politiques de formation en lien avec le sujet.

• Articles sur les orientations de l’AFPA dans le domaine.

• Articles sur les pratiques des organismes de formation.

Calendrier

Réception des projets d’articles (12/15 lignes + un titre) : 10 mai 2016 par : paul.santelmann@afpa.fr

Information aux auteurs retenus : 1er juin 2016

Remise des textes définitifs : 15 novembre 2016

Publication : mars 2017.

 

Parution du nouvel Hors-série AFPA-Education Permanente

Publié le 5 mars 2016 par Paul Santelmann
 

Ce sixième numéro de la collection des hors-série AFPA/Education Permanente traite des enjeux de l’évaluation et de la certification dans le champ de la formation professionnelle. Il rassemble des contributions qui permettent d’éclairer un paysage foisonnant et complexe , enrichi par plusieurs articles relatifs aux démarches et systèmes mis en œuvre en Belgique, en Suisse, au Québec ou en Allemagne avec des éclairages sur les références et problématiques européennes. Pour l’AFPA ces réflexions recoupent nos préoccupations sous plusieurs angles. D’une part parce que notre ingénierie des compétences contribue à l’élaboration des titres professionnels et au système de validation du Ministère du Travail, d’autre part parce nous sommes un appareil de formation qualifiant soucieux de l’évaluation de la progression de dizaines de milliers d’apprenants dans nos formations. L’interaction entre évaluation et certification est consubstantielle aux méthodes actives de formation fondées sur des mises en situation qui préfigurent les conditions de la démarche certificative.Mais l’amélioration des pratiques de formation nécessite de l’échange et du recul. C’est l’objet de cette publication qui rassemble de nombreux éclairages complémentaires qui interpellent le système institutionnel et les fonctions de certification qui se déploient dans des champs multiples (formation, VAE, alternance, certifications de branches, etc.) et selon des modalités plurielles. Encore faut-il que l’usager, le citoyen, le demandeur d’emploi, l’apprenant s’y retrouvent et que les services chargés d’orienter professionnellement les jeunes ou les chômeurs puissent établir les liens entre formations et certifications. Ce hors-série permet de cerner les acquis et les améliorations à apporter aux démarches d’évaluation et de certification notamment dans le champ post-scolaire qui ne peut plus être une duplication des règles du système éducatif.

Lien :

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1737

 

 

 

Catégoriser les difficultés d’apprentissage

Publié le 21 février 2016 par Paul Santelmann
 

La liste des difficultés dans le champ de la formation professionnelle pouvant être rencontrées par tout apprenant est relativement longue et doit être illustrée par des cas pratiques d’insuffisance sur le plan pédagogique et de modalités de remédiation de ces difficultés.  Il faut également distinguer entre les difficultés rencontrées dans une situation de travail reconstituée en centre de formation à des fins pédagogiques et celles mises en œuvre en entreprise… Lire le reste de cet article »

 

APPEL A CONTRIBUTION

Publié le 10 février 2016 par Paul Santelmann
 

Le prochain hors-série AFPA-EDUCATION PERMANENTE (2017) aura pour thème :

L’analyse du travail au service des systèmes de formation

Objectifs

• Finalités et objectifs de l’analyse du travail dans le champ de la formation professionnelle

• Analyse du travail et formation en situation de travail

• Analyse du travail sous l’angle de l’employabilité des salariés

• Formation intégrée au travail

• Etat des lieux des méthodes d’analyse des activités professionnelles en termes de compétences

• Conditions de développement des organisations de travail apprenantes ou qualifiantes.

Contributeurs : salariés AFPA, contributeurs externes (chercheurs, institutions, entreprises, syndicats).

Types d’articles (25 000 signes) à produire pour le comité de pilotage AFPA/Education permanente :

• Articles de fond et de recherche.

• Articles sur les politiques de formation en lien avec le sujet.

• Articles sur les orientations de l’AFPA dans le domaine.

• Articles sur les pratiques des organismes de formation.

Calendrier

Réception des projets d’articles (12/15 lignes + un titre) : 10 mai 2016

par : paul.santelmann@afpa.fr

Information aux auteurs retenus : 1er juin 2016

Remise des textes définitifs : 15 novembre 2016

Publication : mars 2017.

 

A propos de l’histoire de l’AFPA…

Publié le 7 novembre 2015 par Paul Santelmann
 

La formation professionnelle accélérée (FPA), initiée par Alfred Carrard[1], fut cataloguée dans l’après-guerre comme le relais d’une spécialisation étroite des salariés attribuée au taylorisme. Or si Taylor prônait un découpage fin des activités de travail, il était également partisan d’une polyvalence des salariés pour compenser les effets de ce mode d’organisation : «  (…) la politique du Scientific Management est de former des hommes pour l’exécution d’opérations très variées, de les rendre tous mécaniciens ou artisans, non seulement parce que c’est dans l’intérêt des ouvriers, mais aussi parce qu’il en résulte une facilité dans la répartition du travail suivant les nécessités casées par les fluctuations dues aux saisons, ou aux variations de demandes des produits. »(Thomson, BC. Le système Taylor (Scientific Management), Paris, France, Payot et Cie, 1919, page 138). Lire le reste de cet article »

 

Qui est vraiment comptable de la qualité des formations ?

Publié le 10 octobre 2015 par Paul Santelmann
 

Le débat sur la qualité des formations postscolaires est de retour. Cette question est récurrente depuis quelques décennies et ne semble toujours pas avoir trouvé sa solution. La question ne semble guère complexe puisqu’en définitive, il s’agit de s’assurer des compétences des formateurs. Certes, en formation professionnelle continue il y a un système d’acteurs qui brouille les repères et qui « s’organise » autour de cinq entités : les financeurs (Conseils régionaux, OPCA, Pôle Emploi, etc.), les certificateurs (notamment Ministères valideurs et branches professionnelles), les apprenants (qui sont les vrais clients et majoritairement pris en charge par un tiers-payant), les directions des organismes de formation et… les formateurs eux-mêmes marqués par la variété de leurs statuts et formes d’emploi. On y trouve des formateurs permanents, salariés à plein temps des organismes de formation, des formateurs « intermittents » intervenant sur vacations ou CDD chez plusieurs employeurs, des formateurs libéraux et des formateurs d’entreprise à temps plein ou à temps partiel. Or, en dernière analyse, tout repose sur les compétences de ces derniers ! Lire le reste de cet article »